Mois : janvier 2017 (Page 1 of 5)

edward majerczyk

« Edward Majerczyk, 29, of Chicago receives nine-month prison term in plea deal after illegally accessing celebrity accounts and stealing nude images ».

Un bon test de la presse plus ou moins fréquentable. Dans une affaire d’atteinte à la vie privée, il y a ceux qui montrent le condamné, ceux qui montrent la victime, et ceux qui montrent les deux.

Sur ce plan, Google News permet de se faire une idée…

Source : Man behind Jennifer Lawrence nude photo hack sentenced to prison | Film | The Guardian

« Le cyberespace est un espace de conflit. Les entités étatiques s’y affrontent. Le nombre d’attaques est en accélération constante. (…) Je ne crois pas que nous soyons dans une nouvelle guerre froide, nous sommes dans un espace où les puissants s’affrontent, et directement. » – David Martinon, ambassadeur de France pour la cyberdiplomatie et l’économie numérique

Source : Cybersécurité : pour Jean-Yves Le Drian, « la menace est à nos portes »

« October 30th, 2010 marks the day that my sister Amy and I founded Meta on a mission to unlock scientific knowledge and accelerate the pace of discovery. In six years, through the hands and minds of our talented team of engineers and scientists, we figured out how to use artificial intelligence to analyze new scientific knowledge as it’s published – along with the majority of what has been written, throughout modern history. Those efforts have led us to today.I am excited to announce that Meta will be joining the Chan Zuckerberg Initiative to bring what we have built to the entire scientific community, toward their goal to cure, prevent, or manage all diseases by the end of the century ».

Source : Meta – AI for Science

Astronaut.io

« These videos come from YouTube. They were uploaded in the last week and have titles like DSC 1234 and IMG 4321. They have almost zero previous views. They are unnamed, unedited, and unseen by anyone but YOU ».

Source : Astronaut

Pour M. Burge d’Emojipedia, le problème de l’intégration de la représentation des roux pose une question qui n’avait jamais été abordée par le consortium : celle des couleurs de cheveux. Car si les couleurs de peau sont représentées à travers cinq nuances qui vont des phototypes I à VI, la pigmentation des cheveux des emojis n’a jamais été discutée. Et ainsi, aujourd’hui, c’est le choix de la couleur de peau de l’icône qui détermine la couleur de ses cheveux.

Source : Le Consortium Unicode va se réunir pour trancher l’épineuse question des emojis roux – Pop culture – Numerama

« Older posts

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑