Étiquette : copyright (Page 1 of 2)

100,000 AI-Generated Faces – Free to Download!

“We are building the next generation of media through the power of AI. Copyrights, distribution rights, and infringement claims will soon be things of the past. To give you a glimpse of what we have been working on we created a free resource of 100k high-quality faces. Every image was generated by our internal AI systems as it continually improves. Use them in your presentations, projects, mockups or wherever — all for just a link back to us!”

Source : 100,000 AI-Generated Faces – Free to Download!

Audible Captions & Copyright

“Audible response to August 23 claims by the AAP regarding the Captions feature. We are surprised and disappointed by this action and any implication that we have not been speaking and working with publishers about this feature, which has not yet launched. Captions was developed because we, like so many leading educators and parents, want to help kids who are not reading engage more through listening. This feature would allow such listeners to follow along with a few lines of machine-generated text as they listen to the audio performance. It is not and was never intended to be a book.”

Source : Audible Captions: A Demonstration | About Audible

How three French students used borrowed code to put the first AI portrait in Christie’s

Obvious Art

“The members of Obvious don’t deny that they borrowed substantially from Barrat’s code, but until recently, they didn’t publicize that fact either. This has created unease for some members of the AI art community, which is open and collaborative and taking its first steps into mainstream attention. Seeing an AI portrait on sale at Christie’s is a milestone that elevates the entire community, but has this event been hijacked by outsiders?”

Source : How three French students used borrowed code to put the first AI portrait in Christie’s – The Verge

La directive de l’UE sur le droit d’auteur à l’heure du numérique est adoptée

“Après avoir initialement rejeté le texte, le Parlement européen a finalement adopté, mercredi 12 septembre, la directive qui doit adapter le droit d’auteur à l’heure du numérique. Le texte — approuvé par 438 voix contre 226 — constitue une revanche pour les industries culturelles et des médias après le camouflet infligé au début de l’été. En adoptant l’essentiel des amendements présentés par le rapporteur du texte, l’eurodéputé allemand Axel Voss du Parti populaire européen (PPE), la copie rendue par le Parlement reste, en effet, très proche du texte qui avait été retoqué en juillet”.

Source : La directive de l’UE sur le droit d’auteur à l’heure du numérique est adoptée

Directive sur les droits d’auteur : « Le “droit voisin” est une hydre à multiples têtes »

“Il ne faut pas se voiler la face. Le droit voisin est une hydre à multiples têtes. Derrière le tableau magnifique dressé par quelques médias d’une santé financière restaurée, ce droit ne profitera qu’à une minorité d’acteurs, laissera sur le bas-côté les journalistes et pourrait créer un mariage diabolique entre deux secteurs.
Si certains médias sont favorables au droit voisin, d’autres et pour les mêmes raisons démocratiques ne le sont pas. Ils ne veulent pas dépendre économiquement de Google. Ils ne veulent pas recevoir des sommes de moteurs financés par des gouvernements russe ou chinois. Ils veulent garder leur autonomie”.

Source : Directive sur les droits d’auteur : « Le “droit voisin” est une hydre à multiples têtes »

En Suède, le fondateur d’un site de sous-titres amateurs condamné à une lourde amende

« Il n’y a pas qu’en Suède que les sous-titres amateurs sont jugés illégaux. En France, l’Article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle stipule que « Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.  » La sanction prévue par la loi française dans un tel cas peut aller de 3 à 7 ans de prison, en plus d’une amende pouvant aller de 300 000 à 750 000 euros ».

Source : En Suède, le fondateur d’un site de sous-titres amateurs condamné à une lourde amende – Pop culture – Numerama

Enregistrer votre oeuvre sur le blockchain | Creative Commons France

Creative Commons France a lancé un pilote avec Ascribe —projet qui utilise la technologie du blockchain — pour vous permettre de vous enregistrer comme auteur et d’indiquer les conditions de la licence que vous avez sélectionnée.
Ascribe vous permet de:
1. Enregistrer votre oeuvre sur le blockchain, accompagnée de votre nom et d’autres informations relatives à l’œuvre.
2. Enregistrer les conditions de la licence Creative Commons choisie.
3. Établir l’antériorité de votre œuvre (en cas de litige).
4. Suivre les utilisations qui sont faites de votre œuvre pour s’assurer de leur concordance avec la licence choisie.

Source : OPTION:Enregistrer votre oeuvre sur le blockchain | Creative Commons France

YouTube veut s’ériger en rempart contre les abus d’ayants droit – Next INpact

YouTube compte maintenir en ligne des vidéos dont les ayants droit ont demandé la suppression. « Certains de ces envois utilisent du contenu existant, comme des extraits de musique ou d’émissions, par des transformations qui ont une valeur sociale au-delà de celle de l’original (comme la parodie ou la critique) » écrit la plateforme. Ce maintien en ligne ne vaut malheureusement que pour les États-Unis, au moins pour le moment.Surtout, Google compte aller en justice pour défendre ces vidéos si besoin, en prenant en charge les frais associés, si le créateur le souhaite. Encore une fois, cette protection n’est valable qu’outre-Atlantique, d’où opèrent une bonne part des ayants droit en lien avec YouTube.

Source : YouTube veut s’ériger en rempart contre les abus d’ayants droit – Next INpact

The missing decades: the 20th century black hole in Europeana – Europeana Professional

For the last couple of years librarians have talked about a 20th century black hole when trying to describe the effect that copyright has on making cultural heritage available online (it appears that the concept was first used publicly by Prof. James Boyle in a 2009 column for the Financial Times).
At Europeana we are able to show the 20th century black hole in our dataset by looking at the temporal distribution of works within the dataset. We did so in a first analysis that we undertook in May 2012 and we have just repeated this exercise at the request of the European Commission which is looking for evidence to assess the impact of copyright on the online availability of cultural heritage. Just as in 2012 we are seeing the concept of the 20th century black hole confirmed in our data.

Source : The missing decades: the 20th century black hole in Europeana – Europeana Professional

« Older posts

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑