Tag: digital traces (page 1 of 9)

“Facebook has revealed all the ways it records information on users.The disclosure was made in a deluge of answers to US Congress following CEO Mark Zuckerberg’s appearance in April over the Cambridge Analytica scandal.The 229-page document contained multiple disclosures about the way Facebook collects data from people.Some were unsurprising, such as the time people spend on Facebook or whether they buy things via the site, but others shed light on the sheer scale of Facebook’s monitoring machine”.

La synthèse présentée dans l’article n’est pas surprenante, mais elle a le mérite de rappeler en peu de mots l’ampleur des moyens mis en oeuvre par Facebook pour « cibler » ses utilisateurs.

Source : Facebook is tracking you in ways you never knew — here’s the crazy amount of data it sucks up

«Le 23 mars, à la surprise générale, le Sénat américain a voté une loi dite Cloud Act. Elle ouvre la voie à une transmission simplifiée des données aux mains des plates-formes. Une condition à cela : la signature d’accords bilatéraux avec les Etats volontaires. Une porte ouverte à tous les marchandages, selon les détracteurs de cette loi. Le 17 avril, la Commission européenne a donc prévu de présenter sa contre-attaque dans le cadre d’un plan de lutte contre le terrorisme. Un texte en réalité en préparation depuis deux ans, et qui devrait lui aussi ouvrir une brèche dans la coopération judiciaire avec les GAFA».

Source : La guerre discrète de la « preuve numérique »

«Pour prouver que le vendeur, M. Y, avait connaissance du vice caché, ils produisent un constat d’huissier opéré le 24 février 2016 sur Internet. Celui-ci montre que le 30 janvier 2015, M. Y avait publié le message suivant sur son compte Facebook :  « Et voilà, 20 cm d’eau dans la cave… la galère encore ».La cour juge que « ce message atteste non seulement de l’antériorité à la vente des inondations du sous-sol et de la gravité du vice, s’agissant d’un problème récurrent, mais aussi du fait que les vendeurs en avaient connaissance, alors même qu’ils déclaraient le contraire dans leur acte de vente ». Elle juge que les vendeurs doivent indemniser le préjudice des acquéreurs».

Source : Le vendeur de mauvaise foi est trahi par son compte Facebook | SOS conso

«Le numérique ne se substitue jamais à une réalité, que ce soit l’information, le transport ou la politique mais l’augmente et l’élargit. Ce peut donc être tout autant le totalitarisme augmenté que la démocratie augmentée.Nous avons déjà des outils juridiques pour gérer cela, comme la Commission informatique et liberté et ses règlements, mais il me paraît essentiel d’aller plus loin en provoquant de vrais débats de société sur cette double dialectique entre privé et public et entre sécurité et liberté dont les frontières sont aujourd’hui profondément remises en cause».

Source : Pierre Musso : « L’identification des personnes pose des questions éthiques profondes »

«Intensive survey research, data modelling and performance-optimising algorithms were used to target 10,000 different ads to different audiences in the months leading up to the election. The ads were viewed billions of times, according to the presentation».

Source : Leaked: Cambridge Analytica’s blueprint for Trump victory | UK news | The Guardian

«Aleksandr Kogan, the Cambridge University academic who orchestrated the harvesting of Facebook data, had previously unreported ties to a Russian university, including a teaching position and grants for research into the social media network, the Observer has discovered. Cambridge Analytica, the data firm he worked with – which funded the project to turn tens of millions of Facebook profiles into a unique political weapon – also attracted interest from a key Russian firm with links to the Kremlin».

Source : Cambridge Analytica: links to Moscow oil firm and St Petersburg university | News | The Guardian

«Les prétentions à la suzeraineté de ces plates-formes, pour reprendre la formule de Alain Supiot (2) dans Gouverner par les nombres, doit être combattue par la souveraineté des États (comme le fait le RGPD) pour contraindre ces plates-formes à remettre dans le domaine public toutes les données et traces qui sont à leur disposition, données produites par le public et qui méritent d’être reprises, traitées et contrôlées par des organismes scientifiques publics avant d’être mises à disposition des chercheurs dans des conditions précises comme c’est le cas pour les recensements (et donc avec des limites). Les principes de la science ouverte risquent fort de rester des vœux pieux si on ne s’attaque pas dès maintenant à cette prédation des données par l’oligopole de l’attention que constituent les GAFAMT» – Dominique Boullier.

Source : Facebook et la recherche : le « quasi État » | InternetActu.net

Global Heatmap

Source : Strava Global Heatmap

«Mr. Chordia said that Alphonso has a deal with the music-listening app Shazam, which has microphone access on many phones. Alphonso is able to provide the snippets it picks up to Shazam, he said, which can use its own content-recognition technology to identify users and then sell that information to Alphonso».

Source : That Game on Your Phone May Be Tracking What You’re Watching on TV – The New York Times

«Criteo, la firme française de publicité ciblée, perdait à Wall Street près de 28 % de sa valeur à la mi-séance. L’entreprise, déjà affaiblie au début de l’automne, se voit de nouveau pénalisée par les marchés, mais encore plus lourdement qu’auparavant. Wall Street a sanctionné son chiffre d’affaires prévisionnel : ce dernier serait écorné de 22 % l’an prochain. Un résultat, selon la firme, d’une baisse des revenus publicitaires sur mobile, principalement à cause de iOS 11 et la décision d’Apple de réguler».

Source : L’effondrement en bourse de Criteo : pour la pub ciblée, le début d’une crise qui peut durer – Business – Numerama

Older posts

© 2018 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑