Étiquette : disinformation

Russian woman bleaching manspreaders

“EU versus Disinformation, a site that specializes in dissecting pro-Kremlin disinformation, reports that In The Now is Kremlin-owned. “In The Now successfully brings elements of Russia’s ongoing disinformation campaign to large international audiences,” the site says. “The majority of those who are targeted will not suspect that what they see and share is in fact Russian state propaganda.””

Source : Viral video of Russian woman bleaching manspreaders was anti-feminist propaganda – The Verge

«Bien que la désinformation soit clairement un problème, son échelle et son influence, ainsi que ceux qui la propagent et l’amplifient n’ont pas été suffisamment étudiés ou examinés. Sans cette base empirique, aucune action concrète ne devrait être prise au-delà d’autres initiatives de recherche et d’éducation, à condition qu’elles soient clairement évaluées».

Source : Six points clés du rapport de la Commission européenne sur la désinformation

« Ces éminents professionnels ont été victimes du fameux biais cognitif, des “bulles de consentement” amplement décrits concernant la campagne de Trump : ils ont relayé ce texte car ils voulaient y croire. Ils souhaitaient qu’il soit vrai, que la pollution vienne d’Allemagne, et que personne ne l’ai dit. Que ce soit pour mieux nourrir leur croisade contre le factcheck ou car cela correspond à leurs préjugés, le fait est qu’ils se sont comportés non en journalistes, mais en internautes lambda : je vois passer un contenu, il va dans le sens de mes convictions, je le relaie ». – Samuel Laurent

Source : Comment meurent les faits : autopsie de la propagation d’une intox – Medium

« La fragilité des éléments des internautes de 4chan et une certaine évidence n’empêchent pas les proches de Trump de confirmer la théorie des trolls. Des médias pro-Trump, du Gateway Pundit à Breitbart News, reprennent les éléments des internautes en insinuant bien sûr que les médias se sont laissés bernés par les forums. Breitbart va jusqu’à avoir l’outrecuidance d’écrire que le document représente l’apogée de la désinformation. Le média de propagande russe Russia Today y va aussi de son analyse, expliquant que c’est bel et bien 4chan qui a tout inventé et reprend les mots de Trump, Wikileaks et les diplomates russes pour appuyer sa version ».

Source : Complot dans le complot : 4chan tente de revendiquer le rapport explosif sur Trump – Politique – Numerama

Pour les renseignements outre-Rhin, la désinformation englobe autant les problèmes créés par les bots que ceux engendrés par les bulles filtrantes mais surtout les click farms, dont on connait aujourd’hui la responsabilité dans la diffusion de la désinformation. Ces fermes numériques, où sont exploités des employés condamnés à une pauvreté certaine en échange de clics et de faux comptes utilisés à travers le monde, auraient pesé pour diffuser largement de la désinformation. Pour Berlin, derrière les faux chiffres et les manipulations des algorithmes organisées par les médias extrémistes ou russophiles, le Kremlin a eu un vrai rôle à jouer. Ainsi, autant dans le financement des différentes formes de déstabilisations politiques, que dans l’organisation de celles-ci, le gouvernement russe et ses services de renseignement auraient une part de responsabilité que le BfV compte dénoncer.

Source : De Breitbart à APT28, l’Allemagne remonte la piste de la désinformation – Politique – Numerama

Les think tanks et les faux mouvements de pression financés par des entreprises puissantes sont partout et les fausses informations sont alimentées par des groupes qui ne révèlent pas leurs intérêts ni ne sont transparents sur ce qu’ils financent. Dépolitiser nécessite donc d’être plus clair sur ce qui est politique, sur ce qui relève encore et toujours de l’idéologie et de ses formes instituées.
Nous n’avons pas connu d’âge d’or démocratique conclut Nyhan. Les faits n’ont jamais dominé l’opinion publique, les médias ou le discours politique…

Source : Peut-on répondre à la désinformation ? | InternetActu.net

Il s’agit «d’affaiblir l’immunité morale face à la propagande» ainsi que «réduire la confiance dans les sources du savoir» des sociétés occidentales. «Avec des médias traditionnels, les réseaux sociaux, des SMS et des trolls, la Russie, comme l’Etat islamique, tente de décrédibiliser les processus démocratiques», ajoute Janis Sarts. Dès 2011, l’analyste norvégien Tor Bukkvoll décrivait une «réponse technologique asymétrique» élaborée par Moscou après la prise de conscience d’un retard militaire trop important sur l’Occident. En 2006, Vladimir Poutine déclarait devant le parlement russe qu’il fallait penser les conflits en termes de «supériorité intellectuelle», de façon «asymétrique» et «moins coûteuse».

Source : Désinformation, l’offensive russe – Le Temps

© 2022 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑