Tag: facebook (page 1 of 21)

“Un journal local texan, The Liberty County Vindicator, a publié sur sa page Facebook différents extraits de la déclaration d’indépendance américaine, les jours précédant la fête nationale américaine du mercredi 4 juillet. L’un de ces extraits, le dixième publié, a été supprimé par Facebook, qui a signalé au journal qu’il violait le règlement du réseau social : le contenu a été identifié comme discours de haine. L’extrait en question est depuis longtemps objet de discussions. Il y est notamment question des « Indiens, ces sauvages sans pitié, dont la manière bien connue de faire la guerre est de tout massacrer, sans distinction d’âge, de sexe ni de condition »”.

Source : Un extrait de la déclaration d’indépendance américaine supprimé par erreur par Facebook

“Facebook has revealed all the ways it records information on users.The disclosure was made in a deluge of answers to US Congress following CEO Mark Zuckerberg’s appearance in April over the Cambridge Analytica scandal.The 229-page document contained multiple disclosures about the way Facebook collects data from people.Some were unsurprising, such as the time people spend on Facebook or whether they buy things via the site, but others shed light on the sheer scale of Facebook’s monitoring machine”.

La synthèse présentée dans l’article n’est pas surprenante, mais elle a le mérite de rappeler en peu de mots l’ampleur des moyens mis en oeuvre par Facebook pour « cibler » ses utilisateurs.

Source : Facebook is tracking you in ways you never knew — here’s the crazy amount of data it sucks up

Ulrich Wilhelm, président de l’ARD, première chaîne publique allemande (ici à Munich, le 7 février), est attendu mercredi à Paris, où il défendra un projet de plate-forme numérique européenne.

“Pour M. Wilhelm, cette plate-forme numérique européenne se présenterait comme une porte d’accès vers des « contenus de qualité ». Pour cela, il imagine que pourraient s’associer « des médias audiovisuels publics et privés, des journaux, des maisons d’édition, mais aussi des institutions, comme des universités, des musées, des institutions scientifiques, etc. » Quelque chose, en somme, qui combinerait une interface de diffusion à la YouTube, un réseau social du type Facebook et un moteur de recherche comparable à Google, « mais le tout avec un algorithme transparent »”.

Source : Le patron de l’ARD prône la création d’une plate-forme numérique européenne

“Three main factors determine what you see in your Instagram feed:

  • Interest: How much Instagram predicts you’ll care about a post, with higher ranking for what matters to you, determined by past behavior on similar content and potentially machine vision analyzing the actual content of the post.
  • Recency: How recently the post was shared, with prioritization for timely posts over weeks-old ones.
  • Relationship: How close you are to the person who shared it, with higher ranking for people you’ve interacted with a lot in the past on Instagram, such as by commenting on their posts or being tagged together in photos.

Beyond those core factors, three additional signals that influence rankings are:

  • Frequency: How often you open Instagram, as it will try to show you the best posts since your last visit.
  • Following: If you follow a lot of people, Instagram will be picking from a wider breadth of authors so you might see less of any specific person.
  • Usage: How long you spend on Instagram determines if you’re just seeing the best posts during short sessions, or it’s digging deeper into its catalog if you spend more total time browsing”.

Source : How Instagram’s algorithm works | TechCrunch

“ « We’ve never been in the data business », Apple CEO Tim Cook told NPR on Monday, responding to a report that Facebook struck agreements giving Apple and other device makers access to Facebook users’ personal information”.

Source : Apple Requested ‘Zero’ Personal Data In Deals With Facebook, CEO Tim Cook Says : NPR

“After connecting to Facebook, the BlackBerry Hub app was able to retrieve detailed data on 556 of Mr. LaForgia’s friends, including relationship status, religious and political leanings and events they planned to attend. Facebook has said that it cut off third parties’ access to this type of information in 2015, but that it does not consider BlackBerry a third party in this case”.

Source : Facebook Gave Device Makers Deep Access to Data on Users and Friends – The New York Times

“In one particularly brazen example, ads were run promoting both a “Pro-Beyonce Protest Rally” and an “Anti-Beyonce Protest Rally” scheduled for the same time time and place following the controversy over the artist’s performance at the 2016 Super Bowl. The pro-Beyoncé ad was targeted at users designated as having African American behaviors. The anti-Beyoncé ad was targeted narrowly at people who had studied to become a police officer or whose job title matched a list of law enforcement or military titles, including officer, colonel, major general (United States), master sergeant, commander (United States), sergeant, brigadier general, petty officer, chief petty officer, lieutenant commander, squadron leader, 911 dispatcher or rear admiral”.

Source : #BlueLivesMatter and Beyoncé: Russian Facebook ads hit hot-button US issues | US news | The Guardian

Facebook a annoncé le 24 mai 2018 qu\'il appliquerait à ses deux milliards d\'utilisateurs dans le monde le règlement européen sur la protection des données (RGPD).

“Le réseau social Facebook a annoncé, jeudi 24 mai, qu’il appliquerait à ses deux milliards d’utilisateurs dans le monde le règlement européen sur la protection des données (RGPD), qui entre en vigueur vendredi 25 mai. Depuis plusieurs semaines, les utilisateurs européens de Facebook sont interrogés pour savoir s’ils sont d’accord pour être soumis au ciblage publicitaire, mais aussi s’ils autorisent Facebook à utiliser ses technologies de reconnaissance faciale sur les photos et vidéos partagées sur le réseau.
Ces questions vont être posées à tous les utilisateurs du réseau social et seront accompagnées d’un rappel des informations sensibles qu’ils ont pu partager. Facebook apporte cependant une différence majeure dans cette application de la RGPD : les utilisateurs du reste du monde pourront repousser sine die cet examen de leurs réglages de vie privée, tandis qu’un utilisateur européen qui ne revalide pas ces conditions d’utilisation de Facebook ne pourra plus accéder au réseau social”.

Source : Facebook va appliquer le règlement européen sur la protection des données au monde entier

“Dans la Silicon Valley comme ailleurs, les stupidités, les escroqueries ou les erreurs stratégiques sont les contreparties du manque de discernement. On aurait tort de croire qu’elles sont dues à l’immaturité de flamboyants entrepreneurs. Les conseils d’administration des start-up californiennes sont largement composés d’experts en technologies de pointe et la moyenne d’âge dépasse 50 ans – 55 ans pour Facebook et même 75 ans chez Theranos !Mais la gouvernance de ces entreprises reste floue du fait que les dirigeants-fondateurs cumulent les fonctions de président et de directeur général et donc les pouvoirs de direction et de contrôle. De plus, les administrateurs sont souvent eux-mêmes des entrepreneurs de la Silicon Valley ou des fonds d’investissement qui les financent. Ce petit univers s’enthousiasme collectivement et s’autocélèbre collégialement. Il n’est pas étonnant que, dans une atmosphère aussi confinée où les montants des financements circulent sans entraves pour doper n’importe quel projet, on aboutisse parfois à des histoires hallucinantes”.

Source : Les « histoires hallucinantes » de la Silicon Valley

«Nos règles ne correspondent pas au droit américain. L’exemple le plus parlant, ce sont les propos haineux. Ils sont légaux aux Etats-Unis. Mais nos règles sont beaucoup plus proches des normes européennes : nous n’autorisons pas les attaques contre les gens sur la base de leur genre ou de leur orientation sexuelle par exemple. Nos règles ne seront jamais juste américaines ou françaises mais doivent s’adapter au monde entier.
[…] Il y a certains domaines où la technologie est déjà très utile. Notamment dans le champ de l’image : il est facile pour une machine de reconnaître certains types de contenus comme des vidéos de décapitation ou de la pédopornographie. C’est beaucoup plus difficile pour du texte. Selon leur utilisation, les mêmes quatre mots peuvent être une attaque ou être totalement acceptables. C’est très dur pour nos outils automatiques de distinguer ces deux situations. Mais nous pensons y arriver. Actuellement, ils nous servent à repérer des contenus problématiques avant de les présenter à des modérateurs humains, qui prennent la décision. Cette dernière est ensuite incorporée à nos outils pour les améliorer».

Source : Facebook : la directrice de la politique des contenus explique les règles de modération

Older posts

© 2018 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑