Étiquette : freedom of speech (Page 3 of 4)

« Bien sûr que tout ce combat va bien au-delà du seul militantisme pour la sauvegarde des mèmes, concède Rejo Zenger. Mais leur mobilisation sert notre cause de manière très efficace. Discuter de lois, ça n’intéresse pas tous les utilisateurs d’Internet. Ils ne pensent pas forcément au sujet de la responsabilité des intermédiaires quand ils postent une photo sur Instagram. Alors que si on en parle à partir de choses qu’ils utilisent ou voient régulièrement comme les mèmes, ils y sont plus sensibles ». – Rejo Zenger (conseiller de Bits of Freedom)

Source : Derrière le hashtag #SaveTheMeme, une bataille pour la défense des libertés numériques

« Si vous consacrez 15 secondes à répondre au QCM,  elles peuvent vous permettre d’oublier la colère qui vous animait au moment de commenter. […] Nous sommes en train d’établir un terrain commun pour le débat. Si nous voulons discuter de quelque chose, il est important de savoir ce qu’il y a d’écrit dans l’article et ce qui n’y est pas. [Sinon], les personnes ne font que râler. » -Ståle Grut, journaliste de NRK.

Source : Contre les trolls, un site de presse impose un QCM aux internautes qui souhaitent commenter – Tech – Numerama

« L’hypermnésie collective a changé d’échelle (…) : la puissance des moteurs de recherche a interdit que dans cet océan de données en ligne les informations se dispersent ou se fassent oublier [permettant] qu’à l’identité d’une personne restent attachées, de façon perpétuellement visible par tous, les traces indélébiles de l’ensemble des comportements ou caractéristiques qui, à tort ou à raison, lui ont été un jour prêtés ».

Source : Le Conseil d’Etat face au casse-tête du « droit à l’oubli »

Today, Freedom of the Press Foundation is publishing an open letter to the world’s leading camera manufacturers—including Nikon, Sony, Canon, Olympus, and Fuji—urging them to build encryption into their still photo and video cameras to help protect the filmmakers and photojournalists who use them. The letter is signed by over 150 documentary filmmakers and photojournalists from around the world, including fifteen Academy Award nominees and winners, such as Laura Poitras, Alex Gibney, Joshua Oppenheimer, and many more. You can read the full text below.

Source : Over 150 filmmakers and photojournalists call on major camera manufacturers to build encryption into their cameras

Sur Facebook, le journaliste David Thomson « au piquet » pendant trois jours – Rue89 – L’Obs

David Thomson assure que son compte a déjà été désactivé, par le passé, de manière automatique en raison de ses contacts géolocalisés en Syrie et en Irak. C’est un responsable de Facebook qui lui aurait fourni ces explications il y a un an, assurant que c’était là « le signe que leur système de censure fonctionne », se rappelle le journaliste. « Pour moi c’est plutôt le signe que leur système de censure ne fonctionne pas et désactive complètement à l’aveuglette. ».

A l’inverse de Twitter, Facebook ne lui aurait jamais proposé de protéger son compte, par exemple en le certifiant, ou en l’identifiant comme spécialiste d’un sujet aussi sensible que le djihadisme. A notre connaissance, aucun programme en ce sens n’est pour l’heure défini chez Facebook.

Source : Sur Facebook, le journaliste David Thomson « au piquet » pendant trois jours – Rue89 – L’Obs

La Cour de cassation n’a pas encore tranché cette question de présomption, mais il n’est pas exclu qu’elle considère que le mur Facebook est présumé public. En effet, même si l’utilisateur prend soin d’activer les paramètres de confidentialité mis à sa disposition par Facebook, afin de limiter l’accès à ses propos uniquement à ses « amis proches » qui sont en nombre restreint, rien n’empêche ces derniers de les répercuter à leurs propres « amis ». En d’autres termes, les paramètres de confidentialité permettent difficilement à l’utilisateur de maîtriser l’audience de ses propos.

N’est-ce pas le cas de tous les propos privés ?

Source : Les salariés peuvent-ils parler de leur employeur librement sur Facebook ?

YouTube compte maintenir en ligne des vidéos dont les ayants droit ont demandé la suppression. « Certains de ces envois utilisent du contenu existant, comme des extraits de musique ou d’émissions, par des transformations qui ont une valeur sociale au-delà de celle de l’original (comme la parodie ou la critique) » écrit la plateforme. Ce maintien en ligne ne vaut malheureusement que pour les États-Unis, au moins pour le moment.Surtout, Google compte aller en justice pour défendre ces vidéos si besoin, en prenant en charge les frais associés, si le créateur le souhaite. Encore une fois, cette protection n’est valable qu’outre-Atlantique, d’où opèrent une bonne part des ayants droit en lien avec YouTube.

Source : YouTube veut s’ériger en rempart contre les abus d’ayants droit – Next INpact

Wikimedia Foundation wins lawsuit brought by director who sought to hide her age on Wikipedia

“The publication of the Claimant’s birth year in the online lexicon Wikipedia does not infringe upon her general right of personality or data protection law,” said the Amtsgericht München, a local court in Munich. It added that the Claimant is a “renowned producer of documentaries” who has published a documentary almost annually since 1987.

Source : Wikimedia Foundation wins lawsuit brought by director who sought to hide her age on Wikipedia | VentureBeat | Media | by Paul Sawers

« Older posts Newer posts »

© 2022 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑