Étiquette : germany

Huawei - 5G

“The move follows Australia’s decision to ban Huawei from supplying 5G equipment over concerns it could facilitate Chinese spying, and its barring from some U.S. government contracts on national security grounds. Germany, which lacks a telecoms hardware industry of its own, is keener to maintain its traditionally close trade and investment ties with Beijing without compromising on its own cyber-security, say officials.”

Source : Exclusive: China’s Huawei opens up to German scrutiny ahead of 5G auctions | Reuters

“Les internautes ayant regardé une vidéo du journal local, le Volksstimme (« La Voix du peuple »), sur YouTube, peuvent ensuite se voir proposer automatiquement une vidéo conspirationniste expliquant que la « version officielle » des faits est forcément un mensonge, publiée par un compte diffusant aussi des vidéos faisant du réchauffement climatique un complot”.

Source : En Allemagne, des vidéos YouTube conspirationnistes jettent de l’huile sur le feu

“Zwiebelfreunde dénonce, de son côté, une perquisition illégale, arguant que la police allemande a saisi de très nombreux documents pour lesquels elle n’avait aucun mandat. L’association conteste notamment la saisie de documents papiers, abrités dans un coffre-fort et contenant « des informations particulièrement sensibles, dont l’identité de donneurs et d’activistes ayant reçu des remboursements ou des paiements, et une liste de nos membres. »
La saisie de ces documents est particulièrement problématique pour un projet en particulier : le système d’exploitation ultrasécurisé Tails. Ce logiciel, utilisé par des lanceurs d’alerte, des journalistes et des militants des droits de l’homme un peu partout dans le monde, est développé et maintenu par une communauté de développeurs largement anonyme, pour éviter de faire l’objet de pressions. Les documents saisis peuvent révéler l’identité de certains d’entre eux”.

Source : En Allemagne, série de perquisitions chez des défenseurs des libertés numériques

“La Russie est derrière une campagne d’infiltration informatique visant le secteur de l’énergie allemand. L’accusation a été lancée mercredi 20 mai par Hans-Georg Maassen, le directeur de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV), le service de renseignement intérieur allemand, interrogé par le groupe de médias allemands RND. « Le mode opératoire est l’une des multiples indications qui pointent vers une implication russe », a déclaré M. Maassen. Il y a une dizaine de jours, l’autorité allemande chargée de la sécurité informatique du pays alertait sur une « vaste et globale cyberattaque » visant le secteur de l’énergie. « Dans plusieurs cas, des préparatifs pour une attaque future ont été détectés » écrivait l’Office fédéral pour la sécurité informatique (BSI), tout en reconnaissant qu’il n’existait à ce jour « aucune indication d’un accès réussi aux réseaux de contrôle et de production”.

Source : L’Allemagne accuse la Russie de cyberattaques visant le secteur de l’énergie

«Ce pourrait être la cyberattaque la plus importante ayant visé l’Allemagne. Selon des sources proches des services allemands de renseignement, citées par l’agence de presse DPA, mercredi 28 février, des hackeurs russes se seraient infiltrés dans le réseau informatique de l’administration fédérale, et ce pendant au moins un an».

Source : L’Allemagne attaquée par des hackeurs russes

Pour les renseignements outre-Rhin, la désinformation englobe autant les problèmes créés par les bots que ceux engendrés par les bulles filtrantes mais surtout les click farms, dont on connait aujourd’hui la responsabilité dans la diffusion de la désinformation. Ces fermes numériques, où sont exploités des employés condamnés à une pauvreté certaine en échange de clics et de faux comptes utilisés à travers le monde, auraient pesé pour diffuser largement de la désinformation. Pour Berlin, derrière les faux chiffres et les manipulations des algorithmes organisées par les médias extrémistes ou russophiles, le Kremlin a eu un vrai rôle à jouer. Ainsi, autant dans le financement des différentes formes de déstabilisations politiques, que dans l’organisation de celles-ci, le gouvernement russe et ses services de renseignement auraient une part de responsabilité que le BfV compte dénoncer.

Source : De Breitbart à APT28, l’Allemagne remonte la piste de la désinformation – Politique – Numerama

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑