Tag: history (page 1 of 6)

Winamp

“While Saboundjian declined to get into the specifics of which services would be part of the new Winamp or how the app would plug into, say, your Spotify playlists, your Google Music library, your Podcasts app, Audible and so on, he seemed confident that it would meet the needs he outlined. There are many conversations underway, he said, but licensing and agreements aren’t the main difficulty, and of course release is still quite a ways out. The team has focused on creating a consistent app across every platform you might want encounter mobile audio. A highly improved search will also play a role — as it ought to, when your media is all lumped into one place.”

Source : Winamp returns in 2019 to whip the llama’s ass harder than ever | TechCrunch

“Les « fake news » ou les « faits alternatifs », en proposant des types de discours qui ne correspondent pas à des faits avérés, affaiblissent la portée émancipatrice du discours relativiste. Aujourd’hui, le discours relativiste, qui a été un discours progressiste, se retrouve associé à des positions qui ne le sont pas du tout. Des historiens, comme l’Italien Carlo Ginzburg dans les années 1990, nous avaient déjà alertés : comment faire, demandait Ginzburg, pour poser des limites au scepticisme relativiste ? Donald Trump, poussant jusqu’à son extrémité un type de discours réactionnaire qualifiable de relativiste, produit ainsi un grand trouble.” – Arnaud Esquerre.

Source : Les réseaux sociaux sont-ils une menace pour la démocratie ?

Google Memorial : les projets abandonnés par Google depuis vingt ans

Source : Google Memorial : les projets abandonnés par Google depuis vingt ans

“Un journal local texan, The Liberty County Vindicator, a publié sur sa page Facebook différents extraits de la déclaration d’indépendance américaine, les jours précédant la fête nationale américaine du mercredi 4 juillet. L’un de ces extraits, le dixième publié, a été supprimé par Facebook, qui a signalé au journal qu’il violait le règlement du réseau social : le contenu a été identifié comme discours de haine. L’extrait en question est depuis longtemps objet de discussions. Il y est notamment question des « Indiens, ces sauvages sans pitié, dont la manière bien connue de faire la guerre est de tout massacrer, sans distinction d’âge, de sexe ni de condition »”.

Source : Un extrait de la déclaration d’indépendance américaine supprimé par erreur par Facebook

“And remember… don’t be evil, and if you see something that you think isn’t right – speak up!”

Source : Google Code of Conduct – Investor Relations – Alphabet

«L’enquête sur les acteurs de cet immense puzzle rappelle comment les historiens reconstituent les configurations politiques qu’ils étudient, les réseaux de collaboration et de sociabilité sur lesquels le pouvoir se fonde. Dans le cas de Facebook, Cambridge Analytica, les campagnes de Trump et du Brexit, les milliers de photos qui circulent sur les réseaux sociaux, des cocktails à l’ambassade et des conférences pseudo-scientifiques permettent de cartographier les connexions entre les politiciens britanniques et américains, les hommes d’influence russes, les ingénieurs de la tech. Et pour les analyser, Carole ­Cadwalladr n’hésite pas à solliciter ses followers sur ­Twitter, pour l’aider à trouver des informations qu’elle sait se trouver quelque part sur le Web, ou identifier les auteurs de tel ou tel document» – Claire Judde de Larivière.

Source : Pourquoi le Big Data ne change rien à l’enquête

Il y a un peu plus de 18 ans…

«We live in an era fundamentally skeptical about self-government. Our age is obsessed with leaving things alone. Let the Internet develop as the coders would develop it, the common view has it. Keep government out.This is an understandable view, given the character of our government’s regulation. Given its flaws, it no doubt seems best simply to keep government away. But this is an indulgence that is dangerous at any time. It is particularly dangerous now» – Lawrence Lessig.

Source : Lawrence Lessig on the increasing regulation of cyberspace | Harvard Magazine

«Silicon Valley, it turns out, won’t save the world. But those who built the internet have provided us with a clear and disturbing account of why everything went so wrong — how the technology they created has been used to undermine the very aspects of a free society that made that technology possible in the first place».

Source : An Apology for the Internet — From the People Who Built It

«Chat is a carrier-based service, not a Google service. It’s just “Chat,” not “Google Chat.” In a sign of its strategic importance to Google, the company has spearheaded development on the new standard, so that every carrier’s Chat services will be interoperable. But, like SMS, Chat won’t be end-to-end encrypted, and it will follow the same legal intercept standards. In other words: it won’t be as secure as iMessage or Signal».

Source : Exclusive: Chat is Google’s next big fix for Android’s messaging mess – The Verge

«Do you trust Mark Zuckerberg? From the moment the Facebook founder entered the public eye in 2003 for creating a Harvard student hot-or-not rating site, he’s been apologizing. So we collected this abbreviated history of his public mea culpas».

Source : 14 years of Mark Zuckerberg saying sorry, not sorry about Facebook – Washington Post

Older posts

© 2018 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑