Étiquette : press (Page 1 of 4)

Écologie : arrêtons de faire du numérique un bouc-émissaire

“Le numérique polluerait ainsi « cinq fois plus que l’ensemble du parc automobile français » selon plusieurs média (Le Point, Geo, France Bleu). D’autres affirment qu’il « consomme 5 fois plus de ressource que le parc automobile mondial » (France Info, Futura Science…). Pour le prouver, ils se basent sur l’excellente étude GreenIT. Mais autant le dire tout de suite, ces médias ne l’ont pas lue avant de la relayer. Car ce que dit cette étude, c’est que l’ensemble des équipements qui constituent le numérique mondial pèse autant, en kilogrammes, que 5 fois le parc automobile mondial. Ce chiffre permet de se rendre compte qu’Internet, qu’on imagine souvent « dématérialisé » est en fait constitué de matériel bien réel, et bien encombrant. Mais ce chiffre ne dit rien de la pollution, ni la consommation de ressources du numérique. Et puis, de quelle pollution parlerait-on ? Et de quelles ressources ? Il s’agirait alors de le préciser.
Si prompts à vouloir décrier le numérique et ses usages, les commentateurs oublient donc de lire les études, mais ils oublient aussi leur esprit critique au moment de faire des comparaisons.”

Lien vers l’étude complète : Empreinte environnementale du numérique mondial

Source : Écologie : arrêtons de faire du numérique un bouc-émissaire

Google une fois de plus au-dessus des lois ? Open letter – October 2019

“Le parlement européen a voté la directive au printemps, le parlement français l’a transposée en droit français à la quasi-unanimité cet été. Pourtant ce texte tant attendu risque d’être vidé de toute portée avant même sa mise en œuvre. Et cela pourrait s’étendre à toute l’Europe.Refusant toute négociation, Google a offert aux medias un cynique choix de dupes.
Soit ils signent un blanc-seing à Google en renonçant à rémunération, et le modèle actuel à base de gratuité perdure. C’est la mort lente, qui a commencé de vider les salles de rédaction en Europe comme aux Etats-Unis.
Soit ils refusent, continuant d’espérer une rémunération. Et on leur promet de redoutables représailles : la visibilité de leurs contenus sera réduite à sa plus simple expression. Plus de photo, plus de textes, un bout de titre, rien de plus, apparaîtra quand les internautes feront des recherches sur une information.
Un suicide pour la presse. Car avant d’arriver sur un site de media, la porte d’entrée des internautes c’est Google. Les autres moteurs de recherche pèsent trop peu. Les éditeurs le savent : ils n’ont pas les moyens financiers de supporter la chute vertigineuse de trafic sur leurs sites que cette mesure entrainera.
Google bafoue la loi. Il en exploite les subtilités en détournant son esprit.”

Source : Open letter – October 2019

Droits d’auteur de la presse : Google engage un bras de fer

“Cela sonne comme une déclaration de guerre, aux yeux du secteur des médias et des politiques français. Google ne veut pas payer pour le droit voisin créé pour la presse par la directive européenne sur le droit d’auteur, adoptée le 26 mars. Alors que la France a été le premier pays à transposer ce texte, dès le 23 juillet, le leader de la recherche en ligne a annoncé, mercredi 25 septembre, qu’il changeait les règles d’affichage de ses services : par défaut, les pages ne montreront désormais plus d’extraits d’articles ou de photos miniatures, mais seulement les titres et les liens (adresse URL), sauf si les éditeurs donnent leur autorisation. La mesure sera effective « quand la loi entrera en vigueur », à savoir dans les prochaines semaines. Google Actualités est concerné, mais aussi le moteur Google.fr, pour les recherches « liées à l’actualité ». ”

Source : Droits d’auteur de la presse : Google engage un bras de fer

Jeff Bezos victime d’une cyberattaque : les petites manœuvres de l’Arabie Saoudite mises en lumière par une enquête approfondie

Mohammed ben Salmane

“Pour dénicher les véritables artisans de ce coup d’éclat orchestré à l’encontre de Jeff Bezos, ce dernier engage son enquêteur privé Gavin de Becker, dont les collaborations multiples avec le FBI, la CIA ou le gouvernement Reagan font de lui un expert en la matière. Et l’intéressé, après plusieurs mois de travail, a publié le fruit de son enquête : selon lui, Riyad tire bel et bien les ficelles de cette affaire, malgré les démentis du National Enquirer.”

Source : Jeff Bezos victime d’une cyberattaque : les petites manœuvres de l’Arabie Saoudite mises en lumière par une enquête approfondie – Cyberguerre

Mapping The Geography Of GDELT: 2015-2018

GELT 2015-2018

“The map  takes the more than 6.6 billion location mentions across the 850 million worldwide news articles monitored by GDELT 2015-2018, snaps them to a 0.001 degree grid and then visualizes the final dataset. Locations are not sized by the number of mentions they receive, meaning a major metropolis mentioned tens of millions of times will still only appear as a single small dot in the image below. Due to artifacts of the rasterization pipeline you will see a few areas of the map below with rectangular artifacting – those are technical issues, rather than meaningful geographic patterns”

Source : Mapping The Geography Of GDELT: 2015-2018 – The GDELT Project

Prenons garde à qui nous vendons notre attention

“C’est seulement quand nous inventons une troisième boisson, meilleure que le café et le thé, que le mécanisme a un effet positif : la publicité est vertueuse quand elle nous informe de l’existence de produits et services nouveaux. Mais, elle le fait rarement. Une fuite en avant dans les dépenses publicitaires est en réalité fort peu productive pour la société. Par ailleurs, financer un service par la publicité plutôt qu’en faisant payer les consommateurs, que ce soit à l’unité, par une licence globale voire par un impôt suivi d’une subvention, peut conduire à une baisse de la qualité de ce service : un titre accrocheur, à la « une » d’un journal, est suffisant pour attirer un clic et exposer le consommateur à un message publicitaire, mais non pour l’inciter à acheter régulièrement ce journal ou à s’y abonner…”

Source : Big data : « Prenons garde à qui nous vendons notre attention »

La redoutable efficacité du modèle économique des infox

fake news paper

“Les infox perturbent deux fois notre vie démocratique. D’abord, parce qu’elles diffusent largement et rapidement des informations erronées, diffamatoires ou absurdes, dont les conséquences durables sur la formation de l’opinion des citoyens sont encore méconnues. Ensuite, parce que, en tant que machines à clics, elles attirent une part non négligeable des revenus publicitaires et menacent la viabilité économique des médias traditionnels.”

Source : Rendez-vous de l’histoire de Blois : « La redoutable efficacité du modèle économique des infox »

La directive de l’UE sur le droit d’auteur à l’heure du numérique est adoptée

“Après avoir initialement rejeté le texte, le Parlement européen a finalement adopté, mercredi 12 septembre, la directive qui doit adapter le droit d’auteur à l’heure du numérique. Le texte — approuvé par 438 voix contre 226 — constitue une revanche pour les industries culturelles et des médias après le camouflet infligé au début de l’été. En adoptant l’essentiel des amendements présentés par le rapporteur du texte, l’eurodéputé allemand Axel Voss du Parti populaire européen (PPE), la copie rendue par le Parlement reste, en effet, très proche du texte qui avait été retoqué en juillet”.

Source : La directive de l’UE sur le droit d’auteur à l’heure du numérique est adoptée

En Allemagne, des vidéos YouTube conspirationnistes jettent de l’huile sur le feu

“Les internautes ayant regardé une vidéo du journal local, le Volksstimme (« La Voix du peuple »), sur YouTube, peuvent ensuite se voir proposer automatiquement une vidéo conspirationniste expliquant que la « version officielle » des faits est forcément un mensonge, publiée par un compte diffusant aussi des vidéos faisant du réchauffement climatique un complot”.

Source : En Allemagne, des vidéos YouTube conspirationnistes jettent de l’huile sur le feu

Six points clés du rapport de la Commission européenne sur la désinformation

«Bien que la désinformation soit clairement un problème, son échelle et son influence, ainsi que ceux qui la propagent et l’amplifient n’ont pas été suffisamment étudiés ou examinés. Sans cette base empirique, aucune action concrète ne devrait être prise au-delà d’autres initiatives de recherche et d’éducation, à condition qu’elles soient clairement évaluées».

Source : Six points clés du rapport de la Commission européenne sur la désinformation

« Older posts

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑