Étiquette : public sphere

La surveillance intrusive exercée par Facebook et Google : un danger sans précédent pour les droits humains

Google Amnesty Surveillance

“Nous avons déjà constaté que la vaste architecture publicitaire de Google et Facebook est une arme puissante entre de mauvaises mains. Elle peut être détournée à des fins politiques, au risque de conséquences désastreuses pour la société, et laisse le champ libre à toutes sortes de nouvelles stratégies publicitaires aux relents d’exploitation, comme le fait de s’en prendre à des personnes vulnérables qui luttent contre la maladie, les troubles mentaux ou l’addiction. Parce que ces publicités sont faites sur mesure pour des individus, elles échappent à l’examen public”

Source : La surveillance intrusive exercée par Facebook et Google : un danger sans précédent pour les droits humains | Amnesty International

Donald Trump accuse Twitter et Google actualités de « censure »

“Dans l’un de ses messages publiés le 28 août, Donald Trump menace directement Google : « Cette situation est très grave, et nous allons nous en occuper. » Le 5 septembre, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, est convoqué par la majorité républicaine devant une commission du Congrès, où il sera interrogé sur les règles de modération de son réseau social — la majeure partie des questions de la droite devrait concerner la prétendue « censure » visant les conservateurs”.

Source : Donald Trump accuse Twitter et Google actualités de « censure »

Hier soir, quelque chose est mort dans Twitter

« Je ne connais pas les critères exactes de ce tri algorithmique mais il me semble qu’il privilégie des comptes populaires ou certifiés, et des contenus déjà largement diffusés et participe à l’extinction de la conversation des lambda.Bref, hier soir, c’est comme si l’agora s’était vidée du peuple. Et c’est triste : j’ai l’impression que quelque chose est mort dans Twitter ». – Xavier de La Porte

Source : Hier soir, quelque chose est mort dans Twitter

De Breitbart à APT28, l’Allemagne remonte la piste de la désinformation – Politique – Numerama

Pour les renseignements outre-Rhin, la désinformation englobe autant les problèmes créés par les bots que ceux engendrés par les bulles filtrantes mais surtout les click farms, dont on connait aujourd’hui la responsabilité dans la diffusion de la désinformation. Ces fermes numériques, où sont exploités des employés condamnés à une pauvreté certaine en échange de clics et de faux comptes utilisés à travers le monde, auraient pesé pour diffuser largement de la désinformation. Pour Berlin, derrière les faux chiffres et les manipulations des algorithmes organisées par les médias extrémistes ou russophiles, le Kremlin a eu un vrai rôle à jouer. Ainsi, autant dans le financement des différentes formes de déstabilisations politiques, que dans l’organisation de celles-ci, le gouvernement russe et ses services de renseignement auraient une part de responsabilité que le BfV compte dénoncer.

Source : De Breitbart à APT28, l’Allemagne remonte la piste de la désinformation – Politique – Numerama

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑