Étiquette : traces numériques (Page 1 of 2)

“La principale nouveauté introduite au cours de la dernière décennie tient à l’émergence d’un troisième marché, venant se superposer à la vente de produits culturels et à celle de l’attention qu’ils attirent. Ce sont désormais nos « traces attentionnelles » qui font l’objet du commerce dont se nourrit l’économie de l’attention. L’innovation la plus « disruptive » des media électroniques ne tient pas à ce qui s’affiche sur nos écrans numériques, mais aux informations moissonnées à propos des gestes attentionnels que l’interactivité nous invite à exercer ”

Source : Big data : « Ce sont désormais nos “traces attentionnelles” qui font l’objet du commerce »

«Les données de géolocalisation sont en fait envoyées à une deuxième société, distincte d’Ezeeworld. Les coordonnées GPS des téléphones ayant activé la géolocalisation parviennent à la société Accengage, qui édite le service Ad4Push, une solution qui permet d’envoyer des notifications sur les smartphones. Les données géographiques sont-elles nécessaires ? Oui, selon Olivier Tilloy, de S-money. Il doit être possible, explique-t-il, d’envoyer à l’étudiant des notifications géographiquement ciblées, spécifiques à sa région voire à son université, or l’application Izly est nationale. « L’actualité d’un étudiant n’est pas la même partout, on a besoin de contextualiser le message pour les étudiants », explique M. Tilloy».

Source : Izly, l’appli du Cnous qui géolocalise des étudiants et renseigne des sociétés publicitaires

«Si nos résultats confirment donc l’intérêt de ces outils de surveillance pour les entreprises, ils tirent néanmoins la sonnette d’alarme en montrant que les manageurs doivent être formés à l’analyse des données qu’ils sont susceptibles de recueillir de cette manière. Les entreprises doivent également s’assurer que les employés intègrent la possibilité d’être surveillés à tout moment afin de renforcer l’effet « disciplinant », mais aussi qu’ils ne perçoivent pas cette surveillance informatique comme une limitation de liberté mais bien comme légitime, sous peine de renforcer l’« effet d’éviction »».

Source : « Les outils de surveillance informatique ne sont pas préjudiciables à la performance des manageurs »

Vos préférences publicitaires vous aident à comprendre les informations qui influencent les pubs que vous voyez et vous donnent les outils pour les contrôler. Découvrez les sujets qui selon nous vous intéressent et certains des annonceurs qui pensent que vous pourriez être intéressé(e) par leurs produits, services et causes.

Source : Préférences publicitaires

Non seulement ERDF peut savoir exactement quand vous étiez chez vous et quand vous n’y étiez pas, mais il peut également renseigner les forces de l’ordre (à dix minutes près) dès que vous regagnez votre domicile. Ce genre de réquisition exige normalement l’accord d’un juge, mais voilà : depuis l’élargissement très conséquent des pouvoirs de police consécutif à l’état d’urgence, on peut craindre que cette alléchante possibilité ne soit exploitée en masse en échappant à tout contrôle. Et ni l’ADEME, ni la CNIL, ni ERDF ne pourront s’y opposer.

Source : Pourquoi Linky est devenu la bête noire des médias – Arrêt sur images

Il apparaît que les données de Google sont beaucoup moins efficaces pour prédire la course démocrate. Dans les caucus de l’Iowa et du Nevada, sur l’ensemble des recherches, une  majorité concernait Bernie Sanders. Dans les deux cas, Hillary Clinton a pourtant gagné d’une courte majorité. Même chose en Caroline du Sud, où il y a eu moins de recherches sur Mme Clinton que sur M. Sanders. « Les gens font plus de recherches sur Bernie Sanders que sur sa rivale, dans l’absolu », commente Seth Stephens-Davidowitz. Pour expliquer ces contre-exemples, il faut s’intéresser au profil des électeurs : Bernie Sanders séduit les jeunes, très à l’aise avec les nouvelles technologies. Hillary Clinton est populaire chez les démocrates plus âgés, qui passent moins de temps en ligne mais se déplacent plus pour voter.

Source : Google peut-il prédire les résultats des primaires aux Etats-Unis? | Big Browser

Officials were able to retrospectively locate park-goers for 12 months using anonymised mobile phone data provided by the network operator EE via a third party.Aggregated age and gender data was also made available during the initiative. If a zone of the park contained more than 50 people at once, it was possible to “drill down” to the aggregated demographic data of visitors to that area too, creating a detailed picture of how different people used the park in previous months .

Source : Hyde Park visitors covertly tracked via mobile phone data | World news | The Guardian

« Older posts

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑