Étiquette : journalism

Atteinte à l’honneur – Peut-on impunément insulter une journaliste?

“Quant au sexisme en tant que tel, «il ne constitue pas, comme le racisme et, depuis peu, l’orientation sexuelle, un cas de discrimination spécifique au sens du Code pénal». En clair, on sera plus sévèrement puni si l’on traite une femme de «sale lesbienne», ce qui relève de l’homophobie, que de «mal baisée», ce qui relève du sexisme. L’Alliance des sociétés féminines suisses (Alliance F) œuvre justement à faire entrer le sexisme dans le Code pénal – plus précisément dans l’article 261 bis, qui punit la discrimination et l’incitation à la haine. Sophie Achermann, directrice d’Alliance F, n’est pas surprise par le cas que nous lui soumettons. «Des études ont montré que les femmes journalistes sont bien plus attaquées que les hommes, sauf si ces derniers sont noirs ou homosexuels. Or, en cas d’insultes racistes ou homophobes, n’importe qui peut déposer une plainte. En cas de sexisme, seule la personne attaquée peut le faire, et doit avancer tous les frais de procédure.»”

Source : Atteinte à l’honneur – Peut-on impunément insulter une journaliste? | 24 heures

« The news is broken and we can fix it. We’re bringing genuine community control to our news with unrestricted access for all. We’re developing a living, breathing tool that’ll present accurate information with real evidence, so that you can confidently make up your own mind ».

Source : Wikitribune – Evidence-based journalism

Security Without Borders

In this modern digital age, those who expose corruption, fight racism, and fight for justice and democracy face increasing threats and persecution online. Security Without Borders is an open collective of hackers and cyber security professionals who volunteer with assisting journalists, human rights defenders, and non-profit organizations with cyber security issues.

Source : Security Without Borders

Comme le rappellait Benjamin Herold le meilleur antidote à la gratuité de l’information en ligne (mais je rajouterais à la course au buzz que l’on retrouve partout, y compris dans les sites – et les journaux – “sérieux”) est une culture de la pensée critique. C’est également ce que rappelle “Evaluating Information: The Cornerstone of Civic Online Reasoning” paru voilà déjà 5 ans.

Source : L’esprit critique, c’est tellement old-school | Freakonometrics

Il s’agit «d’affaiblir l’immunité morale face à la propagande» ainsi que «réduire la confiance dans les sources du savoir» des sociétés occidentales. «Avec des médias traditionnels, les réseaux sociaux, des SMS et des trolls, la Russie, comme l’Etat islamique, tente de décrédibiliser les processus démocratiques», ajoute Janis Sarts. Dès 2011, l’analyste norvégien Tor Bukkvoll décrivait une «réponse technologique asymétrique» élaborée par Moscou après la prise de conscience d’un retard militaire trop important sur l’Occident. En 2006, Vladimir Poutine déclarait devant le parlement russe qu’il fallait penser les conflits en termes de «supériorité intellectuelle», de façon «asymétrique» et «moins coûteuse».

Source : Désinformation, l’offensive russe – Le Temps

Today, Freedom of the Press Foundation is publishing an open letter to the world’s leading camera manufacturers—including Nikon, Sony, Canon, Olympus, and Fuji—urging them to build encryption into their still photo and video cameras to help protect the filmmakers and photojournalists who use them. The letter is signed by over 150 documentary filmmakers and photojournalists from around the world, including fifteen Academy Award nominees and winners, such as Laura Poitras, Alex Gibney, Joshua Oppenheimer, and many more. You can read the full text below.

Source : Over 150 filmmakers and photojournalists call on major camera manufacturers to build encryption into their cameras

Sur Facebook, le journaliste David Thomson « au piquet » pendant trois jours – Rue89 – L’Obs

David Thomson assure que son compte a déjà été désactivé, par le passé, de manière automatique en raison de ses contacts géolocalisés en Syrie et en Irak. C’est un responsable de Facebook qui lui aurait fourni ces explications il y a un an, assurant que c’était là « le signe que leur système de censure fonctionne », se rappelle le journaliste. « Pour moi c’est plutôt le signe que leur système de censure ne fonctionne pas et désactive complètement à l’aveuglette. ».

A l’inverse de Twitter, Facebook ne lui aurait jamais proposé de protéger son compte, par exemple en le certifiant, ou en l’identifiant comme spécialiste d’un sujet aussi sensible que le djihadisme. A notre connaissance, aucun programme en ce sens n’est pour l’heure défini chez Facebook.

Source : Sur Facebook, le journaliste David Thomson « au piquet » pendant trois jours – Rue89 – L’Obs

© 2021 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑