Étiquette : post-truth (Page 1 of 2)

Amazon débranche Parler, le réseau social d’extrême droite : trop tard ?

http://www.beaude.net/no-flux/wp-content/uploads/2021/01/racisme_haine_parler-skitch.jpg

“Et si l’exode passe aujourd’hui de plateforme en plateforme, où il est facile de constater quel contenu est publié, qu’en sera-t-il demain, quand ces groupes dangereux dont le danger pour la société n’est plus à prouver, s’organiseront sur des messageries chiffrées ? Amazon, Apple et Google pourront-ils affirmer qu’ils ne tolèrent pas un service qui ne peut pas modérer les propos de ses clients, quand, technologiquement, il est impossible de savoir ce que ses clients racontent ? On peut craindre, dans les semaines qui viennent, qu’il s’agisse d’un nouvel argument parlementaire pour amoindrir le chiffrement de ces outils, pourtant si précieux — comme cela revient parfois en Europe ou aux États-Unis.”

Source : Amazon débranche Parler, le réseau social d’extrême droite : trop tard ?

“Reste à savoir où YouTube placera le curseur entre ce qui relèverait de l’authenticité et ce qui serait une théorie complotiste trop néfaste. Le dirigeant de YouTube UK explique ainsi que s’il tolère des vidéos de désinformation sur le 11 septembre, il a un avis tout autre à propos d’un autre attentat plus récent, celui de l’école primaire de Sandy Hook commis en 2012. Des conspirationnistes disent qu’il aurait été monté de toutes pièces, ce qui dépasse selon lui la limite acceptable. Elles sont « douloureuses et offensantes pour certaines familles impliquées », a-t-il précisé. Est-ce que parce que l’on touche à des enfants, ou parce que l’événement tragique est plus récent ? La plateforme garde pour l’instant ses critères d’appréciation pour elle.”

Source : Pourquoi YouTube tolère les vidéos conspirationnistes sur le 11 septembre – Société – Numerama

Bolsonaro

“Son véritable secret tient à l’alliance entre l’architecture de ces réseaux et le contenu inflammatoire, sensationnaliste et polémique qu’il y distille. Les études du sociologue Paolo Gerbaudo, de l’université Kings College de Londres, démontrent que ce type de contenus stimule le partage et sa propagation. Or, pour cela, Bolsonaro a un don indéniable : il a même réussi à choquer la fille de Jean-Marie Le Pen ! Le virtuel futur président du Brésil est ouvertement misogyne, homophobe, raciste et défend les exécutions extrajudiciaires, l’utilisation de la torture et l’interdiction des ONG. En somme, il prône la fin de la démocratie libérale et des droits de l’homme.”

Source : Election au Brésil : « Vers une nouvelle victoire des réseaux sociaux sur la démocratie ? »

“Les « fake news » ou les « faits alternatifs », en proposant des types de discours qui ne correspondent pas à des faits avérés, affaiblissent la portée émancipatrice du discours relativiste. Aujourd’hui, le discours relativiste, qui a été un discours progressiste, se retrouve associé à des positions qui ne le sont pas du tout. Des historiens, comme l’Italien Carlo Ginzburg dans les années 1990, nous avaient déjà alertés : comment faire, demandait Ginzburg, pour poser des limites au scepticisme relativiste ? Donald Trump, poussant jusqu’à son extrémité un type de discours réactionnaire qualifiable de relativiste, produit ainsi un grand trouble.” – Arnaud Esquerre.

Source : Les réseaux sociaux sont-ils une menace pour la démocratie ?

“One of the signals we use is how people interact with articles,” Lyons said in a follow-up email. “For example, if someone previously gave us feedback that an article was false and the article was confirmed false by a fact-checker, then we might weight that person’s future false-news feedback more than someone who indiscriminately provides false-news feedback on lots of articles, including ones that end up being rated as true.” The score is one signal among many that the company feeds into more algorithms.

Source : Facebook is rating the trustworthiness of its users on a scale from zero to 1 – The Washington Post

« Ces éminents professionnels ont été victimes du fameux biais cognitif, des “bulles de consentement” amplement décrits concernant la campagne de Trump : ils ont relayé ce texte car ils voulaient y croire. Ils souhaitaient qu’il soit vrai, que la pollution vienne d’Allemagne, et que personne ne l’ai dit. Que ce soit pour mieux nourrir leur croisade contre le factcheck ou car cela correspond à leurs préjugés, le fait est qu’ils se sont comportés non en journalistes, mais en internautes lambda : je vois passer un contenu, il va dans le sens de mes convictions, je le relaie ». – Samuel Laurent

Source : Comment meurent les faits : autopsie de la propagation d’une intox – Medium

« Older posts

© 2021 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑