Étiquette : security (Page 1 of 17)

A Colonial Pipeline facility in Baltimore. Its pipelines feed large storage tanks up and down the East Coast.

« We are apolitical, we do not participate in geopolitics, do not need to tie us with a defined government and look for our motives, » it said in a statement posted on its website. « Our goal is to make money and not creating problems for society. »
The group seemed somewhat surprised that its actions resulted in closing a major pipeline and suggested that perhaps it would avoid such targets in the future.

Source : FBI Confirms DarkSide as Colonial Pipeline Hacker – The New York Times

“Et dans ce domaine, les 15 membres qui ont composé cet organe temporaire jugent qu’il faudra en passer par une meilleure formation des forces de l’ordre vis-à-vis du droit applicable. En effet, le rapport considère qu’il y a un important travail de pédagogie à faire à l’égard des policiers et des gendarmes pour leur rappeler qu’ils n’ont pas le droit d’interdire au public, et encore moins aux journalistes, de les filmer.”

Source : Un rapport conseille de rappeler aux policiers qu’ils n’ont pas le droit d’interdire qu’on les filme

Waypoint – The official Waymo blog: Replaying real life: how the Waymo Driver avoids fatal human crashes

Thumbnail

“Given that the version of the Waymo Driver we tested in simulation is the same version that we currently have on the road, these results are a testament not only to the capabilities of the Waymo Driver, but also to the rigor of our more than a decade of experience and our safety readiness framework. Since 94% of crashes involve human error, we believe we have an opportunity to improve road safety by replacing the human driver with the Waymo Driver. This study helps validate that belief.”

Source : Waypoint – The official Waymo blog: Replaying real life: how the Waymo Driver avoids fatal human crashes

Thierry Breton : « Dans bien des cas, l’espace numérique est une zone de non-droit »

http://www.beaude.net/no-flux/wp-content/uploads/2020/12/5934f10_762439352-000-1m95xy.jpg

“Le fil conducteur du DSA est simple : ce qui est autorisé off line doit l’être on line, ce qui est interdit off line doit l’être on line. Que l’on parle de contrefaçon, d’antisémitisme, de pédopornographie, de menaces de mort, ou de vente de drogues, tous les contenus illégaux doivent être retirés. Les contenus haineux, l’amplification de la violence verbale et physique, la désinformation doivent être identifiés comme tels et traités en conséquence.
Il n’est pas question de la remettre en cause, ni de la réduire. Que ce soit pour les simples internautes ou pour les influenceurs, même s’il faut en permanence rappeler qu’ils doivent respecter les règles de droit afférentes à leurs propos, sous peine de sanctions.
Certains ont désormais des audiences nettement plus importantes que des médias traditionnels, ce qui leur confère des responsabilités assimilables à celles d’un directeur de rédaction ou d’un éditeur de contenus. Pour autant, la publication sous couvert d’anonymat ou de pseudonyme restera possible, mais, dans ce cas, la plate-forme se doit de connaître l’identité de l’auteur dès lors qu’un certain seuil d’audience (qui reste à déterminer) est franchi. Elle doit aussi pouvoir le situer, si nécessaire.”

Source : Thierry Breton : « Dans bien des cas, l’espace numérique est une zone de non-droit »

Accord politique sur la suppression des contenus à caractère terroriste en ligne

Logo Commission Européenne

“La Commission se félicite de l’accord politique intervenu aujourd’hui entre le Parlement européen et le Conseil sur la proposition de règlement relatif à la prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne. Une fois adopté, ce règlement garantira que les plateformes en ligne jouent un rôle plus actif dans la détection des contenus à caractère terroriste en ligne et que ceux-ci sont supprimés en l’espace d’une heure au maximum. Grâce à l’accord intervenu, la diffusion des idéologies extrémistes en ligne pourra être contrée, ce qui est vital pour combattre la radicalisation et prévenir les attentats. Ces règles constituent un volet essentiel du programme de lutte antiterroriste pour l’UE présenté par la Commission.”

Source : Accord politique sur la suppression des contenus à caractère terroriste en ligne

Le service mail « le plus sécurisé au monde » contraint d’intégrer une backdoor pour la police

tutanota-1256.jpg

“Comment une telle backdoor est-elle possible alors que Tutanota se targue d’être « le service d’e-mails le plus sécurisé du monde », en proposant notamment des e-mails chiffrés de bout en bout ? L’explication est simple. La backdoor n’inspecte que les nouveaux messages entrants non chiffrés.”

Source : Le service mail « le plus sécurisé au monde » contraint d’intégrer une backdoor pour la police

“L’article 24 de la proposition de loi dite « sécurité globale » a été critiqué de toutes parts : journalistes, Défenseure des droits, ONU… Pourtant, le gouvernement maintient son importance. Sans être capable de fournir d’exemples spécifiques dans lesquels cet article serait utile, sans être néfaste pour les libertés individuelles. Pendant des heures à l’Assemblée nationale, les députées ont attendu une réponse claire à leur question. Qu’apporte l’article 24 de la proposition de loi dite « sécurité globale » à l’arsenal législatif qui existe déjà ? Malgré les nombreuses opportunités et prises de parole, aucun représentant du gouvernement ni le rapporteur de cette proposition de loi, Jean-Michel Fauvergue, n’ont su y répondre.”

Source : Article 24 : pourquoi aucun exemple fourni par Gérald Darmanin n’est convaincant

http://www.beaude.net/no-flux/wp-content/uploads/2020/11/Chiffrement-cyberguerre.jpg

“Un papier du coordinateur de l’antiterrorisme européen, publié en mai, suggérait la création d’une « front-door », par opposition à une « backdoor » qui elle « affaiblirait le chiffrement » et ne serait pas une « option désirable ». Ce jeu sur les mots expose les contradictions internes auxquelles se confronte l’UE : la « front-door » ne serait ni plus ni moins qu’une « backdoor » connue, mise en place avec le consentement des entreprises concernées.”

Source : Les criminels qui utilisent WhatsApp ou Signal peuvent-ils vraiment être surveillés ? – Cyberguerre

http://www.beaude.net/no-flux/wp-content/uploads/2020/11/000_8tx9yn.jpg

“Face à un journaliste en train de les filmer, des policiers pourraient présumer que ses images sont diffusées en direct dans le but de leur nuire et pourront alors procéder à son arrestation en flagrant délit pour qu’il soit poursuivi. Même à considérer que le risque de condamnation est faible, le journaliste aura été arrêté et empêché de couvrir les événements.”

Source : Interdiction de diffuser des images de policiers dans l’intention de nuire : en l’état, un texte dangereux pour la liberté de la presse | RSF

 N° 3452 _____ ASSEMBLÉE NATIONALE

« Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police ».

via Assemblee-nationale.fr

« Older posts

© 2021 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑