“Parcoursup déroge à la loi « pour une République numérique » d’octobre 2016, qui impose deux obligations aux administrations recourant à des algorithmes dans le dessein d’aboutir à des décisions individuelles : intégrer systématiquement une « mention explicite » pour informer tous les usagers de l’existence et des modalités d’exercice de leur droit à connaître le détail des « règles » et « principales caractéristiques de mise en œuvre » du programme informatique utilisé ; et mettre en ligne et en libre accès – à compter du 7 octobre 2018 – les règles définissant « les principaux traitements algorithmiques utilisés dans l’accomplissement de leurs missions »”.

Source : Parcoursup : le « secret des délibérations » sera maintenu

“Parmi les indicateurs, qui se compteraient par « centaines », le fait qu’un compte n’ait pas confirmé d’adresse email, qu’une même personne ait créé simultanément plusieurs comptes, ou qu’elle mentionne dans ses tweets des personnes qui ne la suivent pas.
Comme pour la modération de ses contenus, Twitter compte, pour repérer les « trolls », sur une combinaison de moyens techniques (détection automatique grâce à des algorithmes) et humains (signalements des utilisateurs, modérateurs). Une fois identifiés, ils verront leurs commentaires non pas supprimés, puisqu’ils « ne transgressent pas les règles de Twitter », mais invisibilisés par défaut.Le réseau social se défend pour autant de toute volonté de censure, et assure ne pas dépasser sa mission d’hébergeur en triant les contenus”.

Source : Twitter rend les « trolls » moins visibles sur sa plateforme

“Sur le réseau, les insultes s’enchaînent et se comptent par milliers. Le compte Twitter ayant diffusé la fausse information est resté actif jusqu’à dimanche soir — soit quatre jours après la publication du message. Une éternité qui laisse aux noms et aux photos le temps d’être partagées par centaines, et vues par millions. A l’agitation virtuelle des réseaux sociaux succèdent des menaces bien réelles pour la victime et qui vont au-delà du choc émotionnel, déjà violent. D’après une source de la gendarmerie locale suivant de près le dossier, Céline F. n’a pas pu rentrer chez elle le soir de la publication du tweet car « deux individus menaçants étaient postés à la porte de son domicile » ”.

Source : Mort de Naomi Musenga, le calvaire des trois opératrices accusées à tort

«Tinder says it’ll wait “a while” before populating a user’s map with their visited destinations. We don’t have exact timing on when these spots will show up. The company also says it’s able to filter out places that don’t qualify as “social” spots, including doctor’s offices, banks, and where you work. It’s unclear whether users will have to manually choose to remove their work or if it’ll do so automatically».

Source : This is what Tinder’s new location-tracking feature, Places, will look like – The Verge

«Breaking: On Wednesday, May 16th, the Senate will vote on a resolution to save net neutrality. This is our best chance to stop the FCC from letting Internet providers like Comcast and Verizon ruin the Internet with throttling, censorship, and expensive new fees».

Source : Join the Battle for Net Neutrality

«Nos règles ne correspondent pas au droit américain. L’exemple le plus parlant, ce sont les propos haineux. Ils sont légaux aux Etats-Unis. Mais nos règles sont beaucoup plus proches des normes européennes : nous n’autorisons pas les attaques contre les gens sur la base de leur genre ou de leur orientation sexuelle par exemple. Nos règles ne seront jamais juste américaines ou françaises mais doivent s’adapter au monde entier.
[…] Il y a certains domaines où la technologie est déjà très utile. Notamment dans le champ de l’image : il est facile pour une machine de reconnaître certains types de contenus comme des vidéos de décapitation ou de la pédopornographie. C’est beaucoup plus difficile pour du texte. Selon leur utilisation, les mêmes quatre mots peuvent être une attaque ou être totalement acceptables. C’est très dur pour nos outils automatiques de distinguer ces deux situations. Mais nous pensons y arriver. Actuellement, ils nous servent à repérer des contenus problématiques avant de les présenter à des modérateurs humains, qui prennent la décision. Cette dernière est ensuite incorporée à nos outils pour les améliorer».

Source : Facebook : la directrice de la politique des contenus explique les règles de modération

Facebook - Fake

«In its first quarterly Community Standards Enforcement Report, Facebook said the overwhelming majority of moderation action was against spam posts and fake accounts: it took action on 837m pieces of spam, and shut down a further 583m fake accounts on the site in the three months. But Facebook also moderated 2.5m pieces of hate speech, 1.9m pieces of terrorist propaganda, 3.4m pieces of graphic violence and 21m pieces of content featuring adult nudity and sexual activity».

Source : Facebook closed 583m fake accounts in first three months of 2018 | Technology | The Guardian

« Le problème est distinct de celui de la reproductibilité en IA, à cause duquel les chercheurs ne peuvent pas reproduire les résultats d’autrui en raison de pratiques expérimentales et de publication incorrectes. Il diffère également de celui de la «boîte noire» ou de l’«interprétabilité» de l’apprentissage automatique, c’est-à-dire la difficulté dans laquelle on se trouve d’expliquer comment une IA particulière est parvenue à ses conclusions. Comme le dit Rahimi,  »j’essaie de faire la distinction entre un système d’apprentissage automatique qui est une boîte noire et un domaine entier qui est devenu une boîte noire ». »

Source : Le deep learning est-il autre chose que de « l’alchimie » ? | InternetActu.net

«Dans les playlists de Spotify, plus de R. Kelly ni de XXXTentacion. Si les chansons des deux artistes restent disponibles sur la plateforme d’écoute de musique en ligne, elles n’y sont plus mises en avant dans les sélections – des listes générées automatiquement en fonction des goûts des utilisateurs, ou créées par thématique. Une décision liée aux accusations qui pèsent sur les chanteurs, soupçonnés de violences sexuelles pour le premier, et de violences conjugales pour le second».
« Pour la première fois, Spotify a fait un aveu. Elle a reconnu qu’elle avait un statut de média, et non pas d’hébergeur. Elle ne se contentera plus seulement de réagir aux musiques ou artistes problématiques qui lui sont signalés. Désormais, elle va agir en amont, éditorialiser ses contenus, remplacer la loi par la morale » – Sophian Fanen.

Source : Spotify va pénaliser les artistes aux comportements jugés problématiques

«Publié le 26 avril dernier sous le titre « Pourquoi Bourdieu avait tort ? », un article signé Laurent Alexandre prétend invalider les travaux du sociologue en neuf paragraphes. Une prouesse rendue possible par l’instrumentalisation de recherches récentes présentées de façon fallacieuse dans un article pseudo-scientifique cachant mal ses objectifs politiques : défendre une certaine vision de l’éducation, en l’occurrence celle du gouvernement actuel – heureux hasard».

Source : Sciences : peut-on publier n’importe quoi dans L’Express ? – Acrimed | Action Critique Médias

« Older posts

© 2018 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑