Étiquette : surveillance (Page 3 of 16)

Google Amnesty Surveillance

“Nous avons déjà constaté que la vaste architecture publicitaire de Google et Facebook est une arme puissante entre de mauvaises mains. Elle peut être détournée à des fins politiques, au risque de conséquences désastreuses pour la société, et laisse le champ libre à toutes sortes de nouvelles stratégies publicitaires aux relents d’exploitation, comme le fait de s’en prendre à des personnes vulnérables qui luttent contre la maladie, les troubles mentaux ou l’addiction. Parce que ces publicités sont faites sur mesure pour des individus, elles échappent à l’examen public”

Source : La surveillance intrusive exercée par Facebook et Google : un danger sans précédent pour les droits humains | Amnesty International

“Contrairement à des pays comme l’Australie, où le gouvernement local a adopté une loi obligeant les entreprises de haute technologie à amoindrir la sécurité du chiffrement, la police suédoise empruntera la bonne approche : la voie allemande. Depuis plus de dix ans, les autorités allemandes ont commencé à déployer une souche de logiciels malveillants appelée Bundestrojaner (cheval de Troie fédéral) dans le cadre de leurs enquêtes. Le plan de la police suédoise est similaire et prévoit de déployer des logiciels malveillants dotés de fonctionnalités semblables à celles des logiciels espions sur les appareils des suspects. L’idée est d’écouter des appels audio ou vidéo chiffrés en temps réel ou d’extraire des journaux de discussion à partir d’applications de messagerie instantanée chiffrées.”

Source : La police suédoise pourra déployer des malwares dans ses enquêtes – ZDNet

Le centre de supervision urbain de la ville de Nice expérimente la reconnaissance faciale, le 15 avril 2016.

“le projet Kivaou, financé par l’Agence nationale de la recherche et piloté par Sagem (désormais Safran) et le ministère de l’intérieur, a été conçu pour mettre au point un « outil de surveillance embarqué permettant d’indexer au fil de l’eau tous les passants et d’enregistrer leur biométrie faciale ». Selon nos informations, des enquêteurs ont parfois profité de ces expérimentations pour faire progresser leurs investigations.[…]
« La plus-value policière de cette technologie [reconnaissance faciale] ne fait aucun doute », peut-on lire dans une récente note du Centre de recherche de l’école des officiers de la gendarmerie. Selon son auteur, elle pourrait même « mettre fin à des années de polémiques sur le contrôle au faciès, puisque le contrôle d’identité serait permanent et général ».”

Source : Sous la pression des industriels et des forces de l’ordre, la reconnaissance faciale progresse

Le gendarme de la vie privée réclame des « garanties » au projet de surveillance des réseaux sociaux.

“Le texte de loi ouvre la porte à des procédures d’intelligence artificielle dite « auto-apprenante », ce qui « soulève des enjeux particuliers en matière de protection des données ». En effet, ce type de mécanisme imposerait de collecter de nombreuses données pour déterminer ce qui est un comportement normal aux yeux de l’administration fiscale, afin de pouvoir détecter le comportement suspect. Il conduirait donc à l’aspiration de nombreuses données inutiles d’internautes n’ayant rien à se reprocher.”

Source : La CNIL pas du tout convaincue par le projet de surveiller les réseaux sociaux pour détecter la fraude fiscale

An illustration of a magnified heart on a small person

“A new device, developed for the Pentagon after US Special Forces requested it, can identify people without seeing their face: instead it detects their unique cardiac signature with an infrared laser. While it works at 200 meters (219 yards), longer distances could be possible with a better laser. “I don’t want to say you could do it from space,” says Steward Remaly, of the Pentagon’s Combatting Terrorism Technical Support Office, “but longer ranges should be possible.””

Source : The Pentagon has a laser that can identify people from a distance—by their heartbeat – MIT Technology Review

“Ce sera une première en France. Lundi 18 février, le maire Les Républicains (LR) de Nice, Christian Estrosi, a annoncé lors d’une conférence de presse que sa municipalité allait tester un système de reconnaissance faciale sur la voie publique via ses caméras de vidéosurveillance. Le test va durer deux jours dans une partie de l’enceinte du carnaval de Nice, dont la 135e édition a commencé samedi. Il concerne exclusivement des personnes volontaires.L’expérimentation permettra de tester différents scénarios, comme celui d’un enfant perdu dans la foule, d’une personne âgée vulnérable elle aussi égarée ou encore d’une personne dite « d’intérêt », c’est-à-dire recherchée, en utilisant six caméras de vidéosurveillance positionnées sur le périmètre de test.”

Source : Nice va tester la reconnaissance faciale sur la voie publique

“Le système d’alarme de la firme, destiné au grand public, se compose de capteurs de mouvements, d’un clavier et d’une enceinte liés à une application. Mais la société californienne a également révélé la présence d’un microphone, activé récemment pour transformer l’appareil en enceinte connectée. Alors que le produit est disponible à la vente depuis novembre 2017, la société n’en avait jamais parlé.”

Source : Comment un Nest Secure sans micro peut-il devenir un Google Home ? Plot twist : il y avait un micro… caché

« Older posts Newer posts »

© 2022 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑