Étiquette : whatsapp (Page 1 of 2)

“Remarque : n’utilisez les messages temporaires qu’avec des personnes de confiance. Par exemple, il est possible pour une personne de :
– transférer ou prendre une capture d’écran d’un message temporaire et l’enregistrer avant qu’il ne disparaisse ;
– copier et enregistrer le contenu du message temporaire avant qu’il ne disparaisse ;
– prendre une photo d’un message temporaire avec un appareil photo ou un autre appareil avant qu’il ne disparaisse.”

Source : Q&R WhatsApp – À propos des messages temporaires

https://scontent.whatsapp.net/v/t39.8562-34/116221355_294986921600999_6907923394674092463_n.jpg?_nc_sid=2fbf2a&_nc_ohc=UdKuguX0op0AX-gEzzU&_nc_ht=scontent.whatsapp.net&oh=3df7ae2525141cb0c5fd8c078d5f8ce2&oe=5F4E12D4

“WhatsApp affiche une icône spéciale sur les messages transférés de nombreuses fois qui sont partagés dans les discussions. Cette icône à deux flèches indique aux utilisateurs qu’ils reçoivent un message qui n’a pas été composé par un contact proche.
Aujourd’hui, nous proposons une fonctionnalité pratique pour vérifier le contenu de ces messages.”

Source : WhatsApp

Tommaso Valletti est économiste en chef de la direction de la concurrence de la Commission européenne.

“Les critères d’analyse des risques concurrentiels sont-ils mauvais ? Notre analyse de ces marchés numériques était beaucoup trop étroite : pour WhatsApp, la définition de marché était la messagerie instantanée, pour Instagram, celle d’application de photo en ligne. Mais, dans son cœur, Facebook veut capter notre attention, pour apprendre sur nous et proposer de la publicité hyperciblée. Comme Google. Il faut considérer ces entreprises comme des négociants en attention.”

Source : « Facebook a induit la Commission européenne en erreur lors du rachat de WhatsApp »

“Romain, réalisateur de 31 ans, l’a constaté. ­Objecteur de conscience des réseaux sociaux – il a toujours refusé de s’inscrire sur Facebook –, il accepte sur ­injonction de sa sœur de rejoindre le groupe. « Je suis ­rentré dessus et j’ai écrit que j’acceptais d’essayer pour un mois : ça a été le début des horreurs ; des photos de bébé qui font tout et n’importe quoi, des blagues en tout genre, de mon père et mon frère qui surenchérissaient alors qu’en vrai ils ne se parlaient pas trop. C’était pire qu’un mauvais dîner de famille. »Romain laisse passer sa période d’essai mais souffre de cette fenêtre ouverte sur les autres en permanence. Un soir, chez lui, il saisit son téléphone, et écrit une longue bulle verte : « Ça fait un mois, je quitte le groupe, c’est trop difficile, vous me manquez, je ne peux pas vous apercevoir sans vous voir. J’aime beaucoup être avec vous, mais je ne supporte pas d’avoir dans la poche quelque chose qui me rappelle en permanence que c’est pas possible. » Il a appuyé sur envoyer, ”

Source : Sur WhatsApp, la famille n’est pas toujours formidable

Whatsapp cofounders Brian Acton and Jan Koum.

“The Facebook-WhatsApp pairing had been a head-scratcher from the start. Facebook has one of the world’s biggest advertising networks; Koum and Acton hated ads. Facebook’s added value for advertisers is how much it knows about its users; WhatsApp’s founders were pro-privacy zealots who felt their vaunted encryption had been integral to their nearly unprecedented global growth.
This dissonance frustrated Zuckerberg. Facebook, Acton says, had decided to pursue two ways of making money from WhatsApp. First, by showing targeted ads in WhatsApp’s new Status feature, which Acton felt broke a social compact with its users. “Targeted advertising is what makes me unhappy,” he says. His motto at WhatsApp had been “No ads, no games, no gimmicks”—a direct contrast with a parent company that derived 98% of its revenue from advertising. Another motto had been “Take the time to get it right,” a stark contrast to “Move fast and break things.”

Source : Exclusive: WhatsApp Cofounder Brian Acton Gives The Inside Story On #DeleteFacebook And Why He Left $850 Million Behind

Publiée par Mark Zuckerberg sur Mercredi 12 septembre 2018

“One advantage Facebook has is that we have a principle that you must use your real identity. This means we have a clear notion of what’s an authentic account. This is harder with services like Instagram, WhatsApp, Twitter, YouTube, iMessage, or any other service where you don’t need to provide your real identity. So if the content shared doesn’t violate any policy, which is often the case, and you have no clear notion of what constitutes a fake account, that makes enforcement significantly harder. Fortunately, our systems are shared, so when we find bad actors on Facebook, we can also remove accounts linked to them on Instagram and WhatsApp as well”.

« C’est la première fois que la Commission adopte une décision infligeant des amendes à une entreprise pour la fourniture d’un renseignement inexact ou dénaturé depuis l’entrée en vigueur du règlement sur les concentrations de 2004 ».

Source : Commission Européenne – Communiqué de presse – Concentrations: la Commission inflige des amendes de 110 millions EUR à Facebook pour avoir fourni des renseignements dénaturés concernant l’acquisition de WhatsApp

« Older posts

© 2021 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑