Étiquette : justice (page 1 of 18)

“Il est problématique qu’un État soit en mesure d’imposer ses règles aux citoyens d’un autre pays (par exemple, le droit européen empêcherait des internautes chiliens de voir certains liens dans Google), surtout s’il s’agit de liens licites. Car dans ce cas, il faut s’attendre à la mécanique inverse, y compris d’États autoritaires ou dictatoriaux qui imposeraient leurs vues sur la recherche en Europe. Par ailleurs, un droit à l’oubli appliqué de façon trop large et automatique pose de vrais défis à un autre droit légitime, celui de l’accès à l’information. D’ailleurs, Google était soutenu dans sa démarche par la fondation Wikimédia, qui pilote l’encyclopédie en ligne Wikipédia, mais aussi le comité des reporters pour la liberté de la presse, l’ONG Article 19 et l’association de défense des libertés numériques EFF.”

Source : La CNIL n’a pas réussi à imposer un droit à l’oubli mondial à Google – Société – Numerama

Selon une étude réalisée en 2018 par l’éducation nationale, 9 % des lycéens affirment avoir été « victimes de vidéos, de photos ou de rumeurs humiliantes sur Internet ».

“Contactée, l’éducation nationale invoque un « protocole de prise en charge ». « Quand un élève est harcelé, il peut aller voir la personne en qui il a confiance », assure-t-on au ministère. Problème : dans les faits, le revenge porn n’est souvent pas considéré comme du harcèlement stricto sensu. Le protocole idoine n’est donc pas activé : « Il intervient s’il y a une notion de répétition, par exemple si des photos intimes étaient diffusées à plusieurs reprises », précise Olivier Raluy, CPE dans un collège et secrétaire national du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES-FSU).”

Source : Le « revenge porn », pratique « banale » et hors de contrôle chez les élèves

La licence d’Uber à Londres expirait ce lundi à minuit sans avoir été renouvelée. Ici, en 2017.

« Il est inacceptable qu’Uber permette à des passagers d’emprunter des véhicules dont les conducteurs sont potentiellement sans permis et sans assurance », a déclaré la directrice des autorisations et réglementations à TfL, Helen Chapman. Sadiq Khan, le maire de Londres, a indiqué dans un communiqué « soutenir » cette décision de TfL arguant qu’il est « essentiel que les entreprises respectent les règles pour assurer la sécurité de leurs clients ».

Source : Uber n’a plus le droit d’exercer à Londres

http://www.beaude.net/no-flux/wp-content/uploads/2019/11/file77sixy9c8kp12wrju35a.jpg

“Cinq ans après le lancement d’Uber à Genève, les autorités du canton l’ont sommé de respecter la loi. Le conseiller d’Etat Mauro Poggia a envoyé mardi un courrier à un avocat de la multinationale en Suisse, Me Rayan Houdrouge, de l’étude Lenz et Staehelin. «Une injonction de se mettre en règle», selon Mauro Poggia. Le magistrat voit un lien de subordination entre les chauffeurs et Uber. Il estime que ce dernier est davantage un transporteur qu’un diffuseur de courses, au sens de la loi sur les taxis et voitures de transport avec chauffeur (LTVTC), un statut qui l’oblige à traiter les chauffeurs utilisant l’application comme ses employés. «Uber doit payer des salaires et s’acquitter de charges sociales, ce qu’il ne fait pas», selon Mauro Poggia.”

Source : Genève somme Uber de se plier à la loi – Le Temps

“Hundreds of people have been arrested in a worldwide operation over a South Korea-based dark web child sexual abuse site that sold videos for digital cash. Officials from the United States, Britain and South Korea described the network as one of the largest operations they had encountered to date. Called Welcome To Video, the website relied on the bitcoin cryptocurrency to sell access to 250,000 videos depicting child sexual abuse, authorities said, including footage of extreme abuse of young children. Its upload page specifically stated, “Do not upload adult porn”.”

Source : Police arrest hundreds over international child sexual abuse website | Technology | The Guardian

Pensive sad woman sitting on a bed

“Federal prosecutors have charged three men and a woman with sex trafficking charges for operating the popular porn site GirlsDoPorn. At least 22 women featured on the site have sued the site’s owners, charging that the pornographers used lies and coercion to gain their participation. The 22 women said they responded to ads for clothed modeling gigs. When they were asked to shoot porn instead, they initially resisted. But they went along with it after the company assured them that their videos would only be sold on DVD to customers outside the United States and would not be posted online. That turned out to be a lie, as their videos wound up on GirlsDoPorn, a website with plenty of American viewers.”

Source : Feds hit GirlsDoPorn owners with criminal sex trafficking charges | Ars Technica

“A la lecture du jugement rendu mardi 24 septembre par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), les avocats de Google ont dû pousser un grand soupir de soulagement. La CJUE vient en effet de donner raison au moteur de recherche et estimé que le droit au déréférencement, abusivement surnommé « droit à l’oubli », ne s’appliquait qu’à l’intérieur des frontières de l’Union européenne. Dans une seconde affaire, les juges ont aussi précisé les règles que devaient appliquer les moteurs de recherche lorsqu’ils étaient confrontés à une demande de déréférencement de données dites « sensibles ».”

Source : Le « droit à l’oubli » ne s’applique pas au monde entier, tranche la justice européenne

Supporters of a California bill that reclassifies contractors as employees outside the State Capitol in Sacramento, Calif. last month.

“California legislators approved a landmark bill on Tuesday that requires companies like Uber and Lyft to treat contract workers as employees, a move that could reshape the gig economy and that adds fuel to a yearslong debate over whether the nature of work has become too insecure.”

Source : California Passes Landmark Bill to Remake Gig Economy – The New York Times

“L’exploitant d’un moteur de recherche est tenu de supprimer les liens litigieux des résultats affichés à la suite d’une recherche effectuée à partir du nom du demandeur effectuée dans un lieu situé dans l’Union européenne. Dans ce contexte, cet exploitant est tenu de prendre toute mesure à sa disposition afin d’assurer un déréférencement efficace et complet. Cela inclut, notamment, la technique dite du « géo-blocage », depuis une adresse IP réputée localisée dans l’un des États membres soumis à la directive 95/46, et ce quel que soit le nom de domaine utilisé par l’internaute qui effectue la recherche”.

Source : CURIA – Documents

“Le tribunal a retenu contre lui une amende de 443 000 dollars et 10 ans de prison selon Reuters. Gottesfled fera appel même s’il ne regrette en rien ses actions et se confronte à la dure loi CFAA inventée sous l’ère Reagan, protégeant les systèmes informatiques publics jusqu’à l’excès. Le procureur d’Addio estime que Gottesfled a mis en danger la vie des enfants tout en qualifiant l’accusé d’ « autoglorifier » la menace qu’il représentait. Justina Pelletier, depuis sortie d’internement, prend aujourd’hui la parole pour défendre Gottesfled, « il ne devrait pas être en prison » juge-t-elle auprès de Rolling Stone. Aujourd’hui, après avoir largement contribué à faire connaître le mot-dièse #justice4justina, Martin Gottesfled donne naissance malgré lui à celui de #FreeMartyG. Un concentré d’Amérique, à l’heure d’Internet.”

Source : Martin Gottesfled, le hackeur qui voulait « sauver les enfants », reste en prison – Cyberguerre

« Older posts

© 2020 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑