Étiquette : education (Page 1 of 2)

L’Éducation Nationale officialise l’arrêt du déploiement d’Office 365 et de Google for Education dans les écoles

L’Éducation Nationale officialise l’arrêt du déploiement d’Office 365 et de Google for Education dans les écoles

“À l’origine, Philippe Latombe pointait dans sa question que l’offre gratuite de Microsoft « s’apparente à une forme ultime de dumping et à de la concurrence déloyale. Il semble par ailleurs qu’aucun appel d’offres n’ait eu lieu ».  Dans sa réponse, le ministère explique que les offres gratuites sont «exclues du champ de la commande publique » même s’il concède qu’ « il est vraisemblable que la mise à disposition gratuite des établissements scolaires d’une suite bureautique vise à inciter un public qui aurait été accoutumé à l’utilisation de ces outils à souscrire par la suite à la version payante de son offre ».”

Source : L’Éducation Nationale officialise l’arrêt du déploiement d’Office 365 et de Google for Education dans les écoles

“Newcomers to Wikipedia may not understand that discussion about what gets added or deleted from entries isn’t done behind closed doors. Rather, it happens on the publicly accessible “notes” pages of each entry—where volunteers will discuss edits and have open discussions on whether changes should go forward or not. Editing Wikipedia pages helps users understand just how malleable knowledge is, says Alex Jung, the University of Toronto’s Wikipedian-in-residence. If someone makes substantive edits to an entry, “someone who visited the page today will have an entirely different idea of the topic than someone who visited it yesterday. Knowledge is fluctuating all the time.””

Source : Why universities are hiring “Wikipedeans-in-Residence”

Siblings, ages four and one, and their tablet

“In apps marketed for children 5 and under in the Google Play store, there were pop-up ads with disturbing imagery. There were ads that no child could reasonably be expected to close out of, and which, when triggered, would send a player into more ads. Dancing treasure chests would give young players points for watching video ads, potentially endlessly. The vast majority of ads were not marked at all. Characters in children’s games gently pressured the kids to make purchases, a practice known as host-selling, banned in children’s TV programs in 1974 by the Federal Trade Commission. At other times an onscreen character would cry if the child did not buy something. “The first word that comes to mind is furious,” said Dr. Radesky, an assistant professor of developmental behavioral pediatrics at the University of Michigan Medical School.”

Source : Your Kid’s Apps Are Crammed With Ads – The New York Times

« If we do not change the way we teach, thirty years from now we will be in trouble » – Jack Ma (Alibaba Group).

«Bien que la désinformation soit clairement un problème, son échelle et son influence, ainsi que ceux qui la propagent et l’amplifient n’ont pas été suffisamment étudiés ou examinés. Sans cette base empirique, aucune action concrète ne devrait être prise au-delà d’autres initiatives de recherche et d’éducation, à condition qu’elles soient clairement évaluées».

Source : Six points clés du rapport de la Commission européenne sur la désinformation

«Une autre expérimentation consiste à mesurer en temps réel le niveau d’attention des élèves en les filmant dans la classe avec deux caméras. Tous les professeurs perdent à un ­moment donné l’attention de leur auditoire. Certains s’en rendent compte et réagissent : ils modifient par exemple le tempo de leur voix ou mentionnent que le sujet sera au programme du prochain contrôle. D’autres ne prennent pas conscience qu’ils ont perdu l’attention des élèves, parce qu’ils regardent seulement ceux du premier rang, qui suivent bien. Et, donc, on peut envisager d’envoyer une alerte à ce professeur sur son smartphone pour l’informer qu’il n’a plus que 10 % d’étudiants attentifs à son cours».

Source : « Nous mesurons en temps réel le niveau d’attention des élèves »

«Meet Todai Robot, an AI project that performed in the top 20 percent of students on the entrance exam for the University of Tokyo — without actually understanding a thing».

« Older posts

© 2022 no-Flux

Theme by Anders NorenUp ↑